Débats et libre antenne

Ces musiques qui élèvent l’âme !

Ces musiques qui élèvent l’âme !

Ces musiques qui élèvent l’âme !

Depuis la nuit des temps, l’Homme a cherché à entrer en résonance avec le rythme de l’univers. C’est principalement à travers la musique et ses vibrations qu’il le fera…

Les chamanes (les hommes ou femmes médecine) se mettent au diapason de l’énergie céleste et terrestre afin de guérir les malades. Ils considèrent d’ailleurs que ce n’est pas eux qui soignent mais bien les «esprits» ou que la Terre Mère leur indique quelles plantes utiliser selon la pathologie.

Ces mêmes chamanes utilisent le son du tambour afin de plonger le patient en état de transe, de même que le hochet pour faciliter la transition entre le monde visible et invisible et pour finir le sifflet pour demander de l’aide aux esprits. Ces rituels de guérison nous rappellent étrangement les rituels des sorcières, les instruments, ceux qu’elles utilisaient lors des cérémonies et que l’on retrouve toujours en Provence durant les fêtes de Noël (le tambour, le fifre, petite flûte, qui remplace le sifflet pour sa sonorité aiguë).

Plus que la musique elle même, ce sont surtout les vibrations qu’elle produit qui activeraient nos centres énergétiques. Ainsi, en Inde la récitation des mantras permet de rééquilibrer non seulement l’énergie du corps mais surtout de rentrer dans un état vibratoire propice à la voyance et à tout acte en relation avec l’énergie divine. De même il existe un raga conçu pour chaque chakra et qu’il convient de chanter à une heure particulière. Cela nous rappelle bien sûr les heures planétaires que la sorcière considérera avant de cueillir ses plantes et avant de réaliser ses rituels.

Si nous regardons les textes des Anciens, nous retrouvons ce lien qui unit toute chose, ces 7 rayons sur lesquels on retrouve tout ce qui existe. Les 7 planètes (les 5 planètes visibles à l’oeil nu et les luminaires), sont bien sûr rattachées aux 7 chakras, aux 7 notes de musiques. On comprend ainsi pourquoi un raga doit être chanté durant une certaine heure afin d’activer un chakra particulier.

Voici un petit récapitulatif.

Le 1er chakra (chakra racine) correspondrait à la note DO. Il constituerait la fondation énergétique du corps et du mental. Les percussions et les sons graves, très graves lui correspondent. Nous retrouvons dans les gravures anciennes la Lune rattachée à ce point énergétique.

Le 2e chakra (chakra sacré région du bas du dos) est associé aux instincts créatifs et pulsions agréables. Il correspond à la note RE et aux sonorités médium grave (piano, orgue, sax baryton, bruits d’eau…) et à Mercure.

Le 3e chakra (chakra solaire plexus solaire) possède un pouvoir transformateur et permet de travailler sur les émotions avec la note MI et les instruments constitués de cordes ainsi que le piano, la harpe, le violoncelle, violon alto…). Vénus, planète des émotions y est bien sûr reliée.

Le 4e chakra (chakra du coeur) est le centre énergétique du corps subtil, le lien entre le physique et le spirituel. La note FA, les sons chaleureux et ronds (guitare, violons, violoncelles, chants d’oiseaux…) sont particulièrement concernés. Au centre du corps, il est rattaché au Soleil, source de vitalité et de vie.

Le 5e chakra (chakra laryngé) est le centre de communication du corps subtil. La note SOL, les voix éthérées, des flûtes et les sons aériens sont en résonance avec lui de même que la planète Mars.

Le 6e chakra (chakra frontal) correspond au troisième oeil. Il correspond à la note LA. On utilisera les sons cristallins, les flûtes piccolos, les clochettes et une musique aérienne pour l’activer. Jupiter, significateur général de la spiritualité, est rattaché à ce chakra.

Le 7e chakra (chakra coronal) est le siège de la connaissance absolue. La note SI, les sons subtils et doux mêlés de voix angéliques y sont rattachés. Cette musique nous guide vers le silence et vers Saturne. Cet astre se situe à la limite du monde visible et invisible, puisqu’il s’agit de la dernière planète que l’on peut voir à l’œil nu. Saturne est rattaché à la voyance.

Au plus près de nous, les «ravers» et les «travelers» des années 90 ont utilisé le rythme des basses et les b.p.m. (beats par minute) pour rentrer en transe. On ne peut que penser à la Transe de Goa.

DJ Aktarus dira à son sujet : «le rythme est à la base de tout. Il règle la vie. Il faut savoir l’utiliser pour atteindre la sagesse».

Alors écoutons de la musique et surtout celle qui élève l’âme.

Coralia Mira

Share Button

Radio Arcadie

octobre 4th, 2018

No comments

Comments are closed.